Effets des pratiques agro-viticoles sur l’activité biologique et la matière organique des sols : exemples en Champagne et en Bourgogne

La notion de terroir recouvre de multiples composantes, de la géologie, la pédologie, la géomorphologie et la climatologie (Doledec, 1995), jusqu’à des aspects moins bien identifiés mais intervenant également dans la “typicité” des vins. Ceci justifie la démarche de “zonage” (Moncomble et Panigaï, 1990) pour définir des espaces homogènes, relevant d’une même gestion agroviticole et identifiés également au niveau du produit (Morlat et Asselin, 1992).
Les pratiques culturales forment une composante du “terroir” qui ne doit pas être négligée car elle est modifiable par action humaine. Il convient donc de bien connaître les conséquences des itinéraires techniques, pour pouvoir les choisir en fonction des données fixes du terroir et des caractéristiques souhaitées du produit.
A cet égard, les techniques d’entretien du sol sont certainement les plus intéressantes à étudier, en raison de leurs interactions avec l’alimentation hydrique et la nutrition de la vigne. De telles interactions ont déjà été étudiées par des suivis viti-vinicoles (Soyer et al., 1995 ; Aguhlon et Voile, 1995), mais très peu de travaux ont été consacrés à des mesures directes sur le sol. C’est ce que nous avons cherché à faire dans le présent travail, en nous appuyant sur les dispositifs expérimentaux de Plumecoq et Montbré en Champagne et de Mâcon-Clessé en Bourgogne.
Plus largement, notre objectif est de participer à promouvoir une gestion durable des sols viticoles compatible avec des produits de qualité. Il s’agit en fait de rechercher les pratiques culturales les plus adaptées pour :
1) conserver les sols, face à “une réactivation préoccupante de l’érosion” (Roose, 1994)
2) maîtriser leurs caractéristiques liées à la fertilité (structure, réserves organiques, activités biologiques, disponibilité de l’azote et de l’eau).

Authors: F. ANDREUX (1), R. CHAUSSOD (2), A. DESCOTES (3), A. LAUMONIER (1,2), J. LEVEQUE (1), D. SAUVAGE (4)

(1) Université de Bourgogne, Equipe GéoSol, 6 Boulevard Gabriel. 21000 DIJON
(2) I.N.R.A. Microbiologie des Sols, 17 rue Sully, BV 1540, 21034 DIJON cédex
(3) C.I.V.C., 5 rue Henri Martin, BP 135, 51200 EPERNAY
(4) Chambre d’Agriculture Service Viticole, 59 rue du 19 Mars 1952 71010 MAÇON cédex

Related Posts

Share via
Copy link
Powered by Social Snap