Prise en compte de la notion de terroir dans les AOC en France : Aspects Culturels

« La vigne et le vin sont de grands mystères. Seule la vigne nous rend intelligible ce qui est la véritable saveur de la terre ». Colette.
La notion du terroir a toujours été à la base de la notion d’AOC dont elle est indissociable. C’est d’ailleurs la définition de la zone de production qui a été au départ des tentatives de mise en place de l’appellation d’origine, au début du siècle, après la crise phylloxérique.
Tentatives de délimitations administratives (loi du 1er Août 1905), le Cognac, l’Amiagnac des Corbières seront ainsi définies mais en Champagne cela se terminera par des émeutes.
Délimitations judiciaires par le biais de la loi du 6 mai 1919. Un certain nombre d’AOC actuelles ont été définies sur les bases de cette loi, mais elle échouera également notamment à cause des jugements d’entente et de la prolifération d’appellations fantaisistes.
Décret-loi du 30 juillet 1935 portant création de l’INAO. L’article 21 définit les conditions de production des AOC viticoles et en premier lieu l’aire de production. Ainsi dès leur reconnaissance en AOC, la plupart des AOC ont été délimitées entre 1936 et 1940. Mais il s’agissait d’un travail colossal et certaines AOC régionales comme Bordeaux ou Bourgogne ne furent délimitées que très tardivement quand la réglementation communautaire en a rendu le principe obligatoire.
Enfin par l’arrêt Sables – St-Emilion en 1977, le Conseil d’Etat a estimé que l’INAO devait avant toute reconnaissance en AOC procéder d’abord à la délimitation parcellaire.
Ces éléments montrent donc bien que le terroir est le fondement même de l’AOC.

Author: J. FANET

INSTITUT NATIONAL DES APPELLATIONS D’ORIGINE
138 Champs Elysées 75008 PARIS

Related Posts

Share via
Copy link
Powered by Social Snap